Interview du Docteur Robin Duponnois

Nous avons aussi dans le cadre de nos recherches interviewé le Docteur Robin Duponnois par E-mail, auteur de l'ouvrage "Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte"

 

 

 

 1-quels sont les organismes sénégalais prenant part aux projets ?

Il y a en premier lieu les services des Eaux & Forêts puis les différents ministères (environnement, etc…) et enfin les organismes de recherche classiques à savoir l'ISRA et l'Université (UCAD et Gaston Berger)

  -2-quels sont les objectifs économiques?

Ce projet consiste à aménager toute une zone au Sénégal où seront impliqués de nombreux acteurs du monde économique. En définitive, la GMV pourrait servir de support pour dynamiser les activités d'un tissu artisanal absent à l'heure actuel de cette région

 -3- où en est l'avancement du projet en dec2010 ?

Ce n'est que le début. Les principaux résultats concernent l'organisation du projet au niveau des tutelles des différents pays avec en particulier la création de l'agence panafricaine pour la GMV

 -4- quelles sont les retombées économiques au sénégal ?

C'est trop tôt pour l'évaluer

 -5-pourquoi l'ird s'est elle lancée sur le projet ?

Les initiatives politiques concernant la sauvegarde de l'environnement sont rares et il fallait absolument que des instituts scientifiques comme l'IRD soient partie prenant du projet afin d'éviter certains échecs connus dans le passé (exemple barrière verte en Algérie)

-6-d'où vient le financement et à quelle hauteur ?

A l'heure actuelle uniquement de l'Union Africaine mais d'autres bailleurs ont été sollicités comme l'UE, le FMI, les Nations Unies, etc. Le budget global de ce projet est d'environ 500 millions d'euros

-7-comment intervient le gouvernement sénégalais ?

Comme les autres gouvernements (mise en place de plantations, etc…) avec un atout majeur étant donné que Wade est le porte parole du projet au NEPAD mais aussi aux Nations Unies

-8- y a t il une véritable coordination entre les pays concernés ?

Concertation entre les gouvernements: OUI à travers l'agence panafricaine. Par contre, au niveau des populations, c'est plus difficile et quelques fois inexistant (Ex: Mali)

-9-chaque pays a -il un rôle précis et déterminé par avance ?

La feuille de route est identique pour chaque pays mais chaque pays reste autonome quant à la réalisation

-10-la gestion de ce chantier est elle commune à tous les pays ou individuelle à chaque pays ?

individuelle pour chaque pays

-11-y a t'il une veritable coordination entre tous les acteurs du projet ?

OUI à travers l'agence panafricaine

-12- qui a fait le choix des plantations ?

Le choix des espèces est de la responsabilité de chaque pays mais il est basé sur des espèces natives de ces zones

-13-par qui sont reparties les taches des populations et comment ?

Les services de chaque état (services des eaux & forêts)

-14- qui supervise le projet sur place ( au sénégal ) ?

L'agence panafricaine + les services des eaux & Forêts ainsi que le ministère de l'environnement et je pense le ministère de l'agriculture

-15- est ce un projet économique ou écologique ?

Les 2: c'est un projet visant à intégrer ces 2 dimensions

-16-les populations sont elles propriétaires des plantations ?

Normalement OUI

-17-date de début du chantier ?

Ce chantier a débuté dans les années 2008-2009

-18- date estimée de la fin du chantier ? avec un total des plantations

effectuées et de la population gardée sur place ?

Aucune idée. Il y a trop d'impondérables pour répondre raisonnablement à cette question

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site